Pourquoi engager un jeune en alternance?

UNE RELATION WIN-WIN

Lorsque vous engagez un jeune en alternance, vous vous inscrivez dans une relation win-win : le jeune apprend le métier au contact d’un professionnel du terrain, et vous devenez acteur de la formation de votre collaborateur selon les nécessités de votre entreprise.


UNE COLLABORATION ENCADRÉE

Pendant toute la formation, vous bénéficierez du soutien administratif et pédagogique du CEFA dans lequel est inscrit le jeune que vous employez. En effet, un accompagnateur est désigné pour suivre chaque jeune tout au long de sa formation. L’accompagnateur définira, avec vous, les apprentissages et compétences visés par la formation en entreprise. Il prendra régulièrement contact avec vous pour s’assurer du bon déroulement de la formation.


Qui peut engager un jeune en alternance?

QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR ENGAGER UN JEUNE ?

Toute entreprise, privée ou publique, peut collaborer avec un CEFA dans le cadre de l’engagement d’un jeune en alternance à condition

* d’être en règle de cotisations sociales

* de respecter les dispositions de droit social en vigueur

* que le chef d’entreprise (ou le tuteur en entreprise) ait au minimum 25 ans, et 5 ans d’expérience utile.

Si la collaboration a lieu dans le cadre d’un CAI, certaines conditions sectorielles peuvent être exigées.


LE TUTORAT

Un tuteur chargé particulièrement de l’encadrement du jeune doit être désigné au sein de l’entreprise. Il peut s’agir du chef d’entreprise ou de l’un de ses collaborateurs.

Le tuteur doit s’assurer d’avoir suffisamment de disponibilités pour accueillir et suivre le jeune pendant toute sa formation. Il est tenu de suivre le plan de formation qui a été établi en collaboration avec le CEFA. 

Le tuteur utilise également les outils mis à disposition par le CEFA pour évaluer la progression du jeune pendant et en fin de formation.

Le tuteur et le chef d’entreprise sont tenus de veiller à ce que le jeune fasse partie intégrante de l’équipe, et qu’il soit considéré comme un travailleur à part entière. 

Le jeune doit avoir l’occasion de participer à l’ensemble des activités qui relèvent de sa formation.

D'un point de vue Finances?

La rémunération du jeune varie en fonction du contrat sous lequel il est engagé, de son âge ainsi que de son avancée dans la formation.


En fonction de la situation, vous pourrez bénéficier de réduction des charges ONSS ainsi que d’éventuelles primes régionales,


Par ailleurs, certains secteurs, particulièrement actifs dans la formation en alternance interviennent dans la charge salariale, les frais de déplacement, etc.

Coûts salariaux allégés avec un retour sur investissement assuré !


Tout travail méritant salaire, les apprenants en alternance dans votre entreprise bénéficient d’une rétribution. Néanmoins, celle-ci est inférieure à celle d’un salarié traditionnel.


 Différentes sortes de primes aux entreprises engageant des apprenants en alternance sont possibles.


Pour les démarches type inscription à l’ONSS, déclaration DIMONA entrée-sortie, assurances du travailleur, service de prévention et de protection au travail :


* Contactez le référent de l’opérateur de formation en alternance qui pourra vous informer quant aux démarches à suivre.

* Inscrivez-vous auprès d’un secrétariat social si vous ne l’êtes pas encore. Si vous êtes déjà inscrit, prenez contact avec cet organisme pour être aiguillé sur les procédures à entreprendre.

* Prenez contact avec votre courtier en assurance qui vous informera de la marche à suivre.


Davantage d'informations se retrouvent sur le site officiel de l'office francophone de la formation en alternance

Le profil des jeunes en alternance. Qui sont-ils?

Les jeunes qui se forment en CEFA ont entre 15 et 25 ans et se situent, au niveau scolaire, entre une 3ème et une 7ème année professionnelle. 

Certains s’inscrivent en alternance dès qu’ils en ont la possibilité, motivés par le souhait de commencer une vie professionnelle. 


D’autres s’y inscrivent en complément d’une formation dans le plein exercice, pour faire une 7ème année ou une année de spécialisation, dans l’optique d’un tremplin vers l’emploi.


Au CEFA, les jeunes bénéficient d’un encadrement constant assuré par une équipe multi-disciplinaire : professeurs, accompagnateurs, agents PMS, etc. 

Il leur est dispensé une éducation citoyenne et une formation professionnelle leur garantissant une insertion socioprofessionnelle durable.

Quid de l' agrément ?

Pour pouvoir accueillir un apprenant en alternance et signer un contrat avec ce dernier, l’unité d’établissement de l’entreprise wallonne ou bruxelloise doit être agréée.

Généralités

L’agrément est valable pour une unité d’établissement et pour un métier déterminé.

Pour rappel, le SPF économie définit une unité d’établissement comme un lieu géographiquement identifiable par une adresse, où s’exerce au moins une activité de l’entité ou à partir duquel l’activité est exercée.

La procédure d’agrément dure trois mois maximum, à dater de la demande.

C'est l'opérateur de formation/ d'enseignement qui prend la décision d'octroyer ou de refuser l'agrément après consultation des coaches/ représentants sectoriels si il en existe pour le métier concerné.


Les demandes d’agrément se font via un formulaire interactif disponible dans la nouvelle application « Mon Espace », sur www.wallonie.be.


Une fois le formulaire en ligne complété, le responsable de l’unité d’établissement doit le valider pour que la demande d’agrément soit envoyée vers la nouvelle plateforme OPLA et que l’OFFA en accuse bonne réception.


Dans le formulaire, il est demandé au responsable de l’unité d’établissement de mentionner un opérateur de formation ou d’enseignement en alternance. S’il s’agit d’une première collaboration et qu’il ne connait pas d’opérateur, la demande arrive à l’OFFA qui lui propose un ou plusieurs opérateurs en fonction de critères définis au préalable.


Agrément provisoire

L’opérateur désigné prend la demande d’agrément en charge en procédant aux premières vérifications des conditions à remplir par l’unité d’établissement :

* Exercer effectivement le ou les métiers pour lesquels elle sollicite un agrément;

* Être répertoriée à la Banque Carrefour des Entreprises;

* Être en ordre au niveau des obligations sociales et fiscales;

* Ne faire l'objet d'aucun retrait ou refus d'agrément endéans l’année précédant sa demande;

* Désigner un tuteur pour la formation concernée, chargé du suivi et de l’accompagnement de l’apprenant pendant la durée de la formation en alternance.

Après cette première vérification administrative et si celle-ci est favorable, l’opérateur octroie un agrément provisoire à l’unité d’établissement.


Visite de l’entreprise

L’opérateur et/ou le coach/représentant sectoriel (si l’entreprise ressort d’une commission paritaire prévoyant l’intervention d’un coach/ représentant sectoriel) procède(nt) à une visite en entreprise. Cette visite se fait en regard de critères d’analyse objectifs propres à chaque secteur (normes, sécurité, règlement de travail, …).


L’octroi ou le refus d’agrément

Au terme de la procédure de demande d’agrément :

Soit l’opérateur et le coach/ représentant sectoriel rendent des avis positifs et l’unité d’établissement reçoit un agrément définitif valable auprès de TOUS les opérateurs de formation/ d’enseignement en alternance.

Soit une ou plusieurs des conditions d’agrément n’est/ ne sont pas remplie(s) et l’unité d’établissement reçoit un refus d’agrément. Une possibilité de recours contre cette décision existe auprès de la Commission d’Agrément et de Médiation.


Attention : l’agrément peut être retiré ou suspendu par l’opérateur et les coaches/ représentants sectoriels si l’une ou plusieurs des conditions d’agrément devait ne plus être remplie(s).

Le contrat ?

Le contrat d'alternance:


En application depuis septembre 2015, le contrat d’alternance remplace entre autre la CISP des CEFA .


public cible : les jeunes de 15 à 25 ans, inscrit de façon régulière dans un CEFA

durée : variable, en fonction du plan de formation (maximum 6 ans)

rémunération : indemnité mensuelle de formation calculée selon le niveau de compétences acquises par l’apprenant. Elle représente généralement pour l’employeur un coût brut variant entre 250 et 500 euros.


Arrêté du Gouvernement de la Communauté Française relatif au contrat d’alternance 


le contrat d'apprentissage industriel (CAI) ou contrat d'apprentissage pour les professions salariées (CAPS)


Le CAI/CAPS n’est organisé que par certaines commissions paritaires. Pour conclure un CAI/CAPS, l’entreprise doit être agréée par le Comité Paritaire d’Apprentissage de son secteur d’activité.

* public cible : jeunes de 15 à 18 ans (dérogation possible pour les jeunes majeurs)

* durée : 12 à 36 mois selon les métiers visés

* rémunération :  indemnité mensuelle calculée sur base du revenu minimum mensuel moyen garanti (RMMMG).  Cette indemnité est progressive en fonction de l’âge du jeune et de son expérience professionnelle. Es


0